Témoignage des responsables bénévoles du Blackwoodstock Festival

Cette année a été très spéciale à bien des égards, mais qu'à cela ne tienne, la 8ème édition du Blackwoodstock Festival a bien eu lieu les 30, 31 octobre et 1er Novembre dernier !

En effet ce festival s’est déroulé sous le soleil et la bonne humeur de Nouvelle Calédonie et ce sans aucunes mesures sanitaires car il s’agit d’un territoire très peu touché par la Covid 19.

Nous sommes allés à la rencontre des deux responsables bénévoles, Cath et Matthieu, véritable symbole de cette belle ambiance, hors du temps. Et on vous garantit que cela fait du bien de les entendre !

IB : Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

M : « Je suis un jeune homme dynamique, organisé, joyeux, serviable, et légèrement maniaque, aimant le thé et le saucisson de cerf. »

C : « Pour ma part je n’assume pas ma cinquantaine et c’est pourquoi j’aime toujours les blagues à toto. Et je dirais que je suis quelqu’un qui apporte de la bonne humeur et de l’ambiance partout où je passe. »

IB : Pouvez-vous nous résumer rapidement ce qu’est le Blackwoodstock Festival ?

C&M : « Au départ, avant qu’on ne soit embarqué dans l’organisation, c’était un petit festival de rock punk broussard (on dit broussard ici, pas campagnard). Et puis, de fil en aiguille, c’est devenu un incontournable grand festival qui vise à promouvoir le Rock et les Arts indépendants locaux.

Une multitude d’artistes de l’île mais aussi internationaux, se produisent ou se sont déjà produits sur le festival.

Nous avons déjà accueilli de grands noms de la scène française, australienne, néo-zélandaise, et même japonaise. Pour n’en citer que quelques-uns : CharlElie Couture, Mademoiselle K, Naked Giants, Glitoris, Lysistrata, Ko Ko Mo, Iphaze… et j’en oublie beaucoup…

Ainsi, ce n’est plus uniquement le festival de bons copains que cela a pu être. C’est devenu un festival reconnu, qui entraîne avec lui une centaine de bénévoles afin d’offrir aux festivaliers de la bonne musique, dans une ambiance sereine et inoubliable ! »

IB : Quel est votre rôle dans l’organisation de l’événement ?

C&M : « L’organisation du Blackwoodstock Festival s’articule autour de différents pôles dont le pôle « bénévoles » dont nous sommes les responsables.

Les différentes missions de ce pôle, qui consiste à gérer l’ensemble des bénévoles du festival, commencent bien avant le début du festival. Et nous portons une attention particulière à l’ambiance entre bénévoles et à leur accueil.

En effet nous essayons de créer une certaine cohésion, un groupe, une unité. Soit par des rencontres IRL (In Real Life) ou des journées de cohésion, soit via les réseaux sociaux.

Dans le même temps, nous essayons d’accueillir les bénévoles de la meilleure des façons, en les chouchoutant au mieux avec le peu de moyens dont dispose l’association »

IB : Au niveau du recrutement de vos bénévoles, avez-vous des contraintes ? (Vis-à-vis de votre situation géographique, d’une possible concurrence).

C&M : « Au niveau de notre situation géographique et du fait de la situation sanitaire dans le monde, nos frontières et donc nos liaisons aériennes ont été bloquées. Du coup, nous avons eu beaucoup moins de nouvelles recrues.

Et en termes de concurrence, la date est choisie justement pour éviter d’avoir en face un autre événement majeur. Mais cette année, pour différentes raisons politiques, nous avons dû décaler notre événement au dernier week-end d’octobre, soit le week-end d’Halloween.

Ainsi, les « boîtes de nuits » et les bars de la capitale (Nouméa) proposaient leurs traditionnelles soirées pour Halloween. C’est pourquoi certains ont préférés rester sur Nouméa. »

IB : Comment s’est déroulée cette édition 2020 ?

C&M : « Cette 8ème édition s’est superbement bien déroulée et les très nombreux retours positifs que nous avons eu le confirment.

En effet, malgré un confinement d’un mois entre Mars et Avril, nous avons pris la décision de maintenir notre festival. Et nous imaginions revenir à un petit festival tranquille ou comme avant diraient les plus vieux du bureau de l’association.

Ainsi, d’un petit festival, on s’est vu grandir de jour en jour pour en arriver à un festival avec à l'affiche une quarantaine de groupes aux influence folk, reggae, post-rock et métal. Le tout encadré par une scène DJ et par des ateliers créatifs, des cours d'initiation à la danse et à la musique. Ainsi qu'un programme de conférences et débats et un immense « food court » (il s’agit d’un espace commun de restauration autour duquel différentes formes de cuisines et différents types de plats cuisinés sont proposés). »

Ces articles peuvent vous intéresser

Plus d'articles