La parole est donnée à Rémi Josserand

Aujourd’hui nous vous proposons de faire la connaissance de Rémi Josserand. Ce jeune bénévole était présent l’an dernier sur la Coupe du Monde Mountain Bike UCI Les Gets et vient de candidater pour les Championnats du Monde Mountain Bike 2022 aux Gets.

Il revient avec nous sur son expérience de l’an passé et se projette sur celle qui l’attend fin Août aux Gets.

IB : Bonjour Rémi, peux-tu te présenter en quelques mots ?

RJ : Je m’appelle Rémi, j’ai 23 ans et je suis actuellement étudiant en deuxième année d’école d’ingénieur à l’ENSAM (Ecole Nationale Supérieure des Arts et Métiers) de Cluny. J’ai pratiqué l’enduro pendant cinq ans jusqu’en 2019, date à laquelle j’ai arrêté de rouler de manière régulière pour me consacrer plus amplement à mes études. En plus de rouler à vélo, j’adore le monde de la mécanique. Je répare et entretiens quelques motos et voitures sur mon temps libre.

IB : Tu es bénévole sur les championnats du monde de VTT aux Gets, peux-tu nous expliquer quelles sont tes motivations ?

RJ : La première fois que je me suis engagé, c’était par hasard. Je suis tombé sur une publication Facebook de recherche de bénévoles pour les Crankworx Les Gets 2018, j’ai lu le descriptif des missions, et en moins de deux heures le temps de vérifier mes disponibilités par rapport aux cours et aux stages liés à l’école, je me suis dit : Banco. Et hop, deux mois après je me retrouvais aux Gets, en ne connaissant rien ni personne à part cette compétition que j’avais déjà suivie sur RedBull TV. Puis j’ai pu réitérer l’expérience pour le retour de la Coupe du Monde de VTT aux Gets.

Au terme de ces deux expériences de bénévolat, j’ai pu nouer de superbes amitiés avec d’autres bénévoles, de tous âges et de tous horizons. Aussi, le contact rapproché avec le public, qu’il soit connaisseur du monde du VTT ou juste des passants curieux est très enrichissant. L’ambiance sur place est aussi incroyable : pendant les premiers jours d’essais, il n’y a pas trop de spectateurs, les riders et les teams s’arrêtent au bord des pistes et discutent avec nous, l’ambiance est calme et détendue. Une fois que les manches de qualifications et de finales arrivent, les supporters arrivent en masse avec des objets en tout genre pour assurer le spectacle (vuvuzela, moteurs thermiques, cloches, fumigènes, etc). C’est quelque chose qui vous prend aux tripes, on vit chaque run à 100% !

IB : Peux-tu nous décrire tes différentes expériences en tant que bénévole ? (Aux Gets et autres évènements)

RJ : J’ai donc participé au Crankworx Les Gets 2018 (la dernière des trois éditions) en tant que Marshall Slopestyle durant une bonne partie de la semaine (nous étions en charge de faire respecter les règles sur la piste, nous devions faire sortir les visiteurs s’ils entraient sur une zone réservée à la course et nous devions signaler tout problème rencontré lié à la sécurité de la piste, des riders ou des spectateurs. Puis j’ai pu animer les départs des dual slalom kids sur une après-midi. Le dernier jour qui était un jour de rangement, j’ai aidé à enlever les rubalises et les piquets de la piste de descente du Mont Chery avec beaucoup d’autres bénévoles encore présents.

Et plus récemment, j’ai participé sur deux gros jours à la World Cup des Gets 2021. Le premier jour était sous le signe de la descente puisque j’ai été Marshall Downhill - , cela consiste en la même chose que Marshall Slopestyle mais sur une course beaucoup plus longue en termes de distance que le slope. Le lendemain j’ai été affecté à la récupération des transpondeurs des coureurs de XCO, toute catégorie confondue. Pour la finale élite homme, il fallait être rapide pour devancer les photographes et récupérer les transpondeurs avant que les athlètes ne quittent la zone d’arrivée, le rush était intense mais j’ai adoré ces deux jours.

Au-delà des missions en journée, les soirs sont beaucoup plus posés, et il est même organisé des soirées spéciales bénévole. C’est là qu’on se retrouve tous et qu’on découvre d’autres personnes, en addition de celles qui composaient notre équipe du jour ! Le ton est vraiment à l’échange et à la convivialité.

IB : Si tu devais promouvoir l’évènement auprès d’autres personnes, que leur dirais-tu afin qu’ils s’engagent en tant que bénévole aux Gets ?

RJ : « Fonce. Juste, fonce. » Que l’on soit connaisseur du monde du VTT ou non, cela ne change rien à l’expérience globale qui est incroyable. Chaque personne que j’ai côtoyée est revenue au moins une fois après. La convivialité qui est présente entre les bénévoles et avec le staff de Qoezion est vraiment super, cela met vite en confiance et on se sent tout de suite bien au sein du groupe.

IB : Quel souvenir gardes-tu de la Coupe du Monde de VTT 2021 aux Gets ?

RJ : Si je devais en choisir un, je dirais le moment où la finale de descente est terminée et où nous devions regagner le Volunteer Center pour rendre l’équipement qui nous avait été prêté pour la journée. La météo a été vraiment moyenne, et pour les 30 derniers pilotes, il s’est mis à pleuvoir des cordes. La piste est devenue détrempée en un rien de temps, et au moment où nous pouvions partir, j’avais le choix entre remonter la piste pour atteindre le télécabine et redescendre à la station par celui-ci, ou descendre à pied jusqu’à la station. J’ai décidé de redescendre à pied, n’ayant pas le temps de remonter avant la fermeture du télécabine. Chose simple, me direz-vous. Et bien pas vraiment, vu la quantité d’eau qui s’était abattue sur la piste, celle-ci est devenue extrêmement glissante. Quelques autres bénévoles ainsi que beaucoup de spectateurs descendent aussi par la piste, mais tout le monde faisait très attention à ne pas tomber, rendant la descente longue et difficile. Au bout de quelques minutes à batailler pour ne pas tomber, je me suis dit qu’il serait peut-être plus drôle de descendre en glissant. J’ai donc passé les deux tiers de la piste sur le ventre à glisser à travers les quelques virages relevés, puis par la prairie où se sont joints à moi quelques spectateurs amusés. Nous avons tous bien rigolé en arrivant en bas ! Inutile d’expliquer la tête de Maxime et Thomas (les responsables bénévoles) en me voyant arriver couvert de boue au Centre des bénévoles pour rendre drapeaux et talkie-walkie, qui ont bien rigolé eux aussi.

Alors si vous aussi vous avez envie de rejoindre l’aventure, n’hésitez pas à candidater aux prochains Championnats du Monde de VTT aux Gets.

Ces articles peuvent vous intéresser

Plus d'articles