La parole est donnée à Didier Noyeau

Aujourd’hui nous vous proposons de faire la connaissance de Didier Noyeau (à gauche, sur la photo). Didier est présent sur de nombreux évènements. Désormais il consacre beaucoup de temps aux évènements de la fédération handisport. Il revient avec nous sur son expérience bénévole.

IB : Bonjour pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

DN : Je m’appelle Didier NOYEAU, j’ai 63 ans, marié, 2 enfants et je suis retraité de la SNCF. Percheron d’origine (Nogent le Rotrou 28) le travail m’a amené à Paris que je n’ai jamais quitté puisque actuellement j’habite Colombes. J’ai commencé le bénévolat lors de l’Euro 2016 de football et j’ai depuis enchainé de nombreux évènements internationaux dans des sports très divers.

IB : Pouvez-vous nous décrire vos différentes expériences bénévoles et les missions qui vous ont été confiées ?

DN : Lors de ma première expérience à l’Euro 2016, j’avais choisi le pôle transport où j’ai été pris comme chauffeur. J’aime bien conduire même à Paris. Cette expérience m’a beaucoup plu par la diversité de la population transportée et des missions (transport d’arbitres en convoi, de VIP, d’officiels), par l’ambiance qui régnait au pôle transport et entre bénévoles et par mes compétences que je mettais au service de l’organisation.

Les expériences qui ont suivi ont essentiellement été dans le transport comme chauffeur : championnat du monde de Hockey sur glace, de Lutte, Tournoi des capitales (compétition junior de rugby), Championnat d’Europe féminin de Handball et de Volley masculin, Open de France de Golf et les Yonex de Badminton.

J’ai également assuré des missions d’accueil aéroport et gare puis service aux spectateurs les jours de match lors de la coupe du monde de football féminin.

Lors de mon premier Handisport Open Paris en 2018, j’ai commencé au service accréditation avant de finir comme chauffeur suite aux défections de plusieurs chauffeurs.

En dehors des différentes compétitions, nous nous sommes retrouvés avec certains chauffeurs pour des moments de convivialité et l’idée a germé de créer une association de bénévoles car l’expérience acquise nous a fait découvrir qu’il existait plusieurs catégories de bénévoles : les profiteurs qui prennent les tenues de la manifestation et qui disparaissent de la circulation, les égoïstes qui ne veulent faire uniquement les missions « intéressantes » et qui ne pensent qu’à eux et les bénévoles authentiques qui apportent leur disponibilité, leur savoir-faire et savoir-être au service de l’organisation. Dans l’association que nous avons créée nous nous revendiquons de la 3ème catégorie. Nous considérons que ce sont nos « employeurs » qui sont les seuls à même de juger dans quelle catégorie nous devons être classés.

IB : Pourquoi vous êtes-vous engagé en tant que bénévole au sein de la fédération Handisport ?

DN : Lors de notre premier Handisport Open Paris nous avons eu l’opportunité de rencontrer la présidente de la fédération pour présenter notre association. Elle a été intéressée par la démarche et nous a facilité une rencontre avec un membre du comité directeur. C’est ainsi que nous avons créé un lien privilégié avec la fédération. Nous y avons trouvé des valeurs humaines qui nous correspondaient.

Depuis nous n’avons de cesse de participer à d’autres évènements que le HOP comme le tournoi international de Tennis de Table, le championnat d’Europe de Rugby Fauteuil et le transport pour le retour des paralympiques.

IB : Comment décririez-vous l’ambiance au sein d’un évènement de la FFH et plus particulièrement sur les championnats d’Europe Rugby fauteuil ou la France est devenue champion d’Europe ?

DN : Au pôle transport, l’ambiance était très bonne, décontractée entre chauffeurs, solidaire avec ceux qui n’avaient pas trop d’expérience dans le TPMR et accueillante avec les équipes transportées. La proximité avec l’équipe de France où la bonne humeur régnait, était appréciable et être témoin des coulisses de l’organisation donne de la valeur au bénévolat. La reconnaissance de l’efficacité de l’équipe transport par les organisateurs et les remerciements des délégations lors de leur dépose à Roissy après la compétition nous rend une certaine fierté d’avoir participé à cet évènement.

IB : Quel est votre meilleur souvenir en tant que bénévole ?

DN : Difficile d’en sélectionner un seul car j’en ai plusieurs en tête. J’en citerai trois dans l’ordre Chronologique :

En 2016 : Le transport d’Alain GIRESSE avec qui j’ai pu discuter à la fin de l’Euro 2016, personnage discret et adorable.

En 2017 : Transporter en convoi des arbitres sous escorte policière entre l’hôtel et l’Accor hôtel aréna lors du championnat du monde de Hockey sur glace.

En 2021 : Transport de la délégation paralympique de natation en partance pour Tokyo. A Roissy, tous les athlètes paralympiques présents ont applaudi les chauffeurs bénévoles qui les avaient amenés. C’est un moment très fort venant de sportifs de haut niveau qui nous a émus.

Si par son témoignage, Didier vous a donné l’envie de devenir bénévole, alors n’hésitez pas à candidater auprès des nombreux événements présents sur Instants Bénévoles.

Ces articles peuvent vous intéresser

Plus d'articles